EBITDA est l’acronyme de  » Earning Before Interests, Taxes, Depreciations and Amortizations « . En fait, il s’agit d’une valeur qui indique combien d’argent une entreprise a gagné avant les intérêts, les impôts, la dépréciation et l’amortissement.

Cet indicateur est largement utilisé par les financiers dans le monde entier et il tente de mesurer la rentabilité en l’absence des éléments suivants :

  • D’abord, les intérêts pour analyser la rentabilité indépendamment de la structure de financement ;
  • Ensuite, les impôts pour analyser la rentabilité indépendamment du système fiscal de l’entreprise.
  • Enfin, les dépréciations et les amortissements, qui n’ont pas d’impact sur la trésorerie de l’entreprise.

Il s’agit d’une mesure courante pour l’analyse financière et l’évaluation des entreprises. Mais, elle n’est pas reconnue par les principes comptables généralement admis

Dans leurs notes d’information périodiques et leurs rapports de gestion, certaines sociétés cotées en bourse incluent l’EBITDA.

Formules et calcul de l’EBITDA

À partir des informations contenues dans le compte de résultat, cet indicateur peut être facilement calculé.

Les chiffres requis sont contenus dans les comptes de produit et de charges :

  1. le bénéfice net
  2. l’impôt sur les sociétés
  3. les intérêts
  4. la dépréciation et l’amortissement.

Il est parfois nécessaire d’examiner les tableaux d’accompagnement pour connaître les détails de la dépréciation et de l’amortissement.

Le raccourci standard pour calculer l’EBITDA consiste à commencer par le bénéfice d’exploitation, également appelé bénéfice avant intérêts et impôts (EBIT), puis à ajouter la dépréciation et l’amortissement.

Il existe deux formules distinctes d’EBITDA basées sur le bénéfice net et le bénéfice d’exploitation, respectivement.

Les formules correspondantes de l’EBITDA sont les suivantes :

  • EBITDA = Résultat net + impôts + intérêts + amortissement et dépréciation
  • EBITDA = résultat d’exploitation + dépréciation et amortissement.

Comprendre l’EBITDA

L’EBITDA est calculé en ajoutant le résultat net aux intérêts, aux impôts et à la dépréciation et l’amortissement .

En fait, les entreprises utilisent l’EBITDA pour surveiller et comparer la rentabilité d’autres entreprises, indépendamment de leurs hypothèses d’amortissement et de leurs choix de financement.

Comme les bénéfices, cette mesure est utilisée dans les ratios d’évaluation.

En fait, il est utilisé conjointement avec la valeur de l’entreprise : les multiplicateurs de l’EBITDA. Il s’agit, en fait, de la méthode la plus répandue pour évaluer les entreprises. La valeur d’une entreprise est déterminée en appliquant un multiplicateur à son EBITDA.

Cette méthode est utilisée par les analystes dans les industries à forte intensité d’actifs, avec de nombreux immobilisations corporelles et des dépenses d’amortissement hors caisse élevées.

Dans ces secteurs, les coûts exclus de l’EBITDA peuvent masquer les variations de la rentabilité sous-jacente, comme dans le cas des pipelines d’énergie.

Les analystes passent également en charges les coûts de développement des logiciels ou autres propriétés intellectuelles par le biais de l’amortissement.

C’est l’une des raisons pour lesquelles les sociétés de technologie et de recherche en phase de démarrage se réfèrent à leur performance en utilisant l’E.B.I.T.D.A.

Les variations de la dette et des actifs fiscaux qui doivent être reflétées annuellement dans le compte de résultat peuvent ne pas être liées à la performance opérationnelle.

Les charges d’intérêt dépendent des niveaux d’endettement, des taux d’intérêt et de la préférence de la direction pour le financement par emprunt ou par actions. L’accent est mis sur les bénéfices en espèces générés par l’entreprise, à l’exclusion de tous ces autres éléments.

Historique de l’indicateur dans l’analyse financière.

Cet indicateur a vu le jour est né aux États-Unis. John Malone a été le premier analyste à le mentionner.

Dans les années 1970, ce pionnier de l’industrie du câble a inventé cette mesure. En effet, il a utilisé cet indicateur pour persuader les prêteurs et les investisseurs de soutenir sa stratégie de croissance par effet de levier. Cette stratégie de minimisation des impôts consiste à contracter des dettes et à réinvestir les bénéfices.

Dans les années 1980, les investisseurs et les prêteurs des opérations d’acquisition par emprunt (LBO) ont trouvé l’EBITDA utile. Il leur permet de déterminer si la rentabilité des entreprises cibles est suffisante pour assurer le service de la dette finançant l’acquisition.

Les acheteurs de LBO avaient tendance à cibler des entreprises dont les plans d’investissement à court terme étaient minimes ou modestes, tandis que leur propre besoin de garantir le financement de l’acquisition les a amenés à se concentrer sur le ratio EBITDA/couverture des intérêts, qui compare l’EBITDA aux coûts du service de la dette.

Pendant la bulle Internet, lorsque certaines entreprises ont gonflé leurs performances financières, l’EBITDA a pris de l’importance.