La ventilation mécanique contrôlée (VMC) est un dispositif mécanique qui permet de renouveler et de réguler l’air intérieur d’un logement, notamment dans les pièces d’eau. Une VMC est essentielle au confort et au bien-être d’une habitation grâce à un renouvellement efficace et sain de l’air.

Qu’est-ce qu’une VMC ?

Une VMC est un système de ventilation domestique motorisé. Sa fonction première est de rafraîchir l’air à l’intérieur d’une habitation. La VMC évacue l’air qui a perdu sa pureté vers l’extérieur de la maison et permet à l’air extérieur d’entrer. Ce renouvellement de l’air est nécessaire pour la santé et le bien-être des habitants d’une maison. C’est pourquoi la VMC est obligatoire depuis une loi de mars 1982 concernant l’aération des logements.

En outre, une VMC est composée d’un extracteur d’air, de gaines d’évacuation et de bouches d’extraction qui sont reliées aux pièces humides. Ces dernières sont généralement installées dans les pièces humides de la maison (salle de bain, cuisine, WC, etc.) et permettent d’évacuer l’air souillé à l’extérieur. Ils sont également chargés de faire entrer l’air extérieur. Ces deux tâches s’effectuent automatiquement. Une VMC dispose également d’entrées d’air placées en hauteur dans les pièces à vivre du logement.

Attention : l’entretien d’une VMC est nécessaire à son bon fonctionnement. En plus du nettoyage courant, il est recommandé de faire appel à un professionnel pour nettoyer l’ensemble du système de ventilation tous les trois ans, des entrées d’air au bloc moteur en passant par tous les conduits.

Les différentes fonctions d’une VMC dans une habitation

La VMC contribue à l’efficacité de l’isolation d’une maison

L’isolation d’une maison ne se limite pas à la pose de matériaux isolants sur les murs, sous le toit et dans les fenêtres à double vitrage. La VMC intervient également dans ce domaine. Une maison bien isolée devient étanche à l’air, empêchant l’humidité de s’échapper vers l’extérieur. La VMC contribue à la ventilation du logement, en évitant l’humidité, et surtout au renouvellement de l’air ambiant.

Une VMC permet de réduire la consommation d’énergie

Ouvrir régulièrement les fenêtres d’une maison est nécessaire pour une bonne ventilation. Mais une VMC remplace efficacement cette action, surtout en hiver, en évitant les pertes de chauffage et le gaspillage d’énergie qui font augmenter le coût du transport.

Une VMC élimine l’air pollué d’une résidence

Parfois, mais pas toujours, l’air intérieur d’une habitation est plus pollué que l’air extérieur. L’évaporation de solvants tels que la peinture, le vernis, la colle et d’autres produits présents dans les matériaux de décoration, ainsi que les pollens et les allergènes, contribuent à la saturation de l’air intérieur en composés organiques volatils (COV) nocifs. Ils peuvent provoquer une irritation des voies respiratoires, ainsi que de l’asthme et d’autres réactions allergiques.

Une VMC protège de l’humidité

La fonction d’une VMC est d’empêcher l’introduction d’humidité dans une maison. Une maison bien ventilée empêche le développement des moisissures, qui nuisent à la santé des habitants et à l’état des meubles.

Les différents types de VMC

La VMC simple flux

La VMC simple flux est l’option la plus fondamentale et la plus économique. Elle se compose d’un bloc moteur qui est installé dans le toit, le grenier ou le faux plafond de la maison. Des conduits d’évacuation avec des bouches d’extraction sont raccordés au bloc moteur. Ceux-ci sont placés dans les pièces humides de la maison pour absorber l’humidité et les mauvaises odeurs. Cet air vicié est acheminé par les conduits jusqu’au bloc moteur, puis expulsé de la maison. Installées au-dessus des fenêtres des pièces de vie telles que le salon, la chambre, le bureau…, les entrées d’air de la VMC aspirent l’air extérieur et le diffusent directement dans l’habitation.

Une VMC simple flux est soit autorégulée, dans ce cas le débit d’air est constant, soit hygrorégulée, dans ce cas le débit d’air s’adapte au taux d’humidité intérieur.

La VMC double flux

La VMC double flux est la VMC la plus efficace qui soit. Elle ne nécessite pas l’installation d’entrées d’air au-dessus des fenêtres, mais d’une seule unité sur le toit. En plus de renouveler l’air ambiant, elle dispose d’un échangeur de chaleur qui, à l’aide de deux systèmes de gaines séparés, récupère l’énergie présente dans l’air vicié de la maison et la transfère à l’air frais entrant. Par conséquent, cet air frais est tempéré et ne refroidit pas l’intérieur de la maison. La VMC double flux est également équipée de filtres qui éliminent les particules polluées de l’air entrant. C’est un système de ventilation respectueux de l’environnement.

Comme la VMC simple flux, la VMC double flux peut être hygrorégulée, c’est-à-dire que son débit d’air varie en fonction de l’humidité relative de l’habitation.

Pourquoi avoir une VMC dans sa maison ?

Une VMC a pour but de renouveler l’air du logement en évacuant l’air ambiant pollué (notamment l’humidité, les COV et les odeurs) des pièces principales et humides vers l’extérieur. Son installation est nécessaire tant pour les occupants que pour l’ouvrage. La VMC est incluse dans les procédés de ventilation de la rénovation énergétique.

Combien coûte l’installation d’une VMC ?

Le coût d’installation d’une VMC dépend de son type et de la surface de ventilation de l’habitation. Si ce dernier est neuf, la fourniture et l’installation d’une VMC hygroréglable simple flux par un plombier ou un électricien coûtera entre 350 et 600 euros. En rénovation, le coût est compris entre 600 et 1 200 euros.

Une VMC double flux vous coûtera 2 000 euros dans un logement neuf et jusqu’à 3 500 euros dans un logement rénové pour les modèles les plus performants.