La Russie a été exclue de tous les événements de la FIFA et de l’UEFA, notamment de la Coupe du monde 2022, « jusqu’à nouvel ordre. » L’équipe de Valeri Karpine ne participera pas à la prochaine Coupe du monde, qui sera organisée au Qatar du 21 novembre au 22 décembre, et pour laquelle elle aurait pu se qualifier.

FIF

La Fifa et l’UEFA ont décidé de réagir de façon virulente. En raison des activités militaires menées par l’armée de Vladimir Poutine en Ukraine, les organisations dirigeantes du football international et européen ont officiellement interdit la Russie de tous les événements « jusqu’à nouvel ordre. » La nouvelle a été rendue publique lundi dans une déclaration commune, neuf mois avant le début de la Coupe du monde au Qatar (21 novembre au 18 décembre).

L’équipe de Valeri Karpine, qui s’est classée deuxième de son groupe de qualification (derrière la Croatie), devait affronter la Pologne en demi-finale le 24 mars à Moscou. Avant d’affronter le vainqueur de Suède-République tchèque en finale. Cela ne se produira pas.

La Russie est exclue de l’Euro féminin et le Spartak Moscou est éliminé de l’Europa League

Après avoir imposé une première série de sanctions à la Russie dimanche, la Fifa est immédiatement montée en puissance face aux nombreuses critiques, notamment de la France. L’UEFA a suivi le mouvement, interdisant à tous les clubs russes de participer à ses compétitions. Le Spartak Moscou, qui affronte Leipzig en huitième de finale de l’Europa League, s’en inquiète. En outre, la sélection russe ne participera pas à l’Euro 2022 féminin, qui sera organisé en Angleterre en juillet, et dans lequel elle devait affronter les Pays-Bas, la Suède et la Suisse en phase de groupes.

Les communiqués de la Fifa et de l’UEFA poursuivent : « Le football est entièrement unifié et en pleine sympathie avec toutes les personnes touchées en Ukraine. » Les deux présidents (Gianni Infantino et Aleksander Ceferin) espèrent une amélioration de la situation en Ukraine.

Le partenariat UEFA-Gazprom est arrivé à son terme.

L’UEFA a également accepté de rompre « immédiatement » sa coopération avec le géant russe de l’énergie Gazprom. Le contrat, d’un montant estimé à 40 millions d’euros, englobait la Ligue des champions, les événements internationaux de l’UEFA et l’Euro masculin de 2024, qui serait organisé en Allemagne.