Le remplaçant de la technologie cellulaire 5G est la 6G. Les réseaux 6G seront en mesure d’utiliser des fréquences plus importantes que les réseaux 5G, ce qui se traduira par une capacité nettement supérieure et une latence nettement inférieure. L’un des objectifs de l’internet 6G sera de fournir une communication avec une latence d’une microseconde. C’est 1 000 fois plus rapide que le débit d’une milliseconde, soit 1/1000e de la latence.

Selon les prévisions, le secteur de la technologie 6G devrait permettre des avancées significatives en matière d’imagerie, de technologie de présence et de localisation. L’infrastructure informatique de la 6G sélectionnera automatiquement l’endroit idéal pour le calcul, y compris les décisions concernant le stockage, le traitement et le partage des données, en liaison avec l’intelligence artificielle (IA).

Différences entre un réseau 5G et un réseau 6G

Utilisation de diverses fréquences

Les réseaux 5G et 6G utilisent des ondes hertziennes de plus grande portée pour transmettre des données plus rapidement que les réseaux 4G, 3G et 2G. Si l’on compare la 5G à la 6G, la première est réservée aux fréquences à bande basse et à bande haute – respectivement inférieures à 6 GHz (gigahertz) et supérieures à 24,25 GHz. La seconde fonctionnera à des fréquences allant de 95 GHz à 3 THz (Terahertz). Étant donné que le spectre utilisé est différent, la technologie 5G par rapport à la technologie 6G peut avoir de nombreux cas d’utilisation pour améliorer l’efficacité d’un certain nombre de secteurs industriels.

La technologie 6G est plus rapide

En matière de performances, la 6G fournira de bien meilleurs résultats que les réseaux sans fil 5G récemment construits. La 6G fonctionnera sur des bandes de fréquences térahertz, offrant un débit de données maximal de 1 000 gigabits/s avec une latence aérienne de moins de 100 microsecondes. Si l’on compare les vitesses des réseaux 5G et 6G, on prévoit que la 6G sera 100 fois plus rapide que la 5G, avec une meilleure fiabilité et une couverture réseau plus large.

Après la 5G, la 6G sans fil renforce l’IoT

L’Internet des objets (IoT) devient aujourd’hui une réalité avec l’introduction de solutions basées sur la 5G après des tests approfondis du réseau 5G, ce qui n’était pas réalisable avec les réseaux antérieurs comme la 4G LTE en raison d’une planification inadéquate des fréquences. Les fréquences employées étaient trop étroites et encombrées pour transmettre les données nécessaires aux appareils intelligents afin de fournir les résultats escomptés. C’est là que la 5G est intervenue, et avec la 6G, nous prévoyons de connecter dix fois plus d’appareils par kilomètre carré à mesure que le nombre d’appareils connectés augmentera dans les années à venir.

Une faible latence

La latence est le temps qu’il faut à un pack d’informations pour être communiqué sur une fréquence. Les réseaux 4G avaient une latence d’environ 50 millisecondes (ms), mais les réseaux 5G ont une latence décuplée, c’est-à-dire 5 ms. Avec l’internet 6G, la latence sera ramenée à une fourchette de 1 milliseconde à 1 microseconde, réduisant la latence à cinq fois celle d’un réseau de cinquième génération et permettant d’énormes transferts de données en moins d’une seconde.

Quand sera-t-il possible d’obtenir l’internet 6G ?

L’internet 6G devrait être commercialement disponible en 2030. Pour stimuler la capacité, minimiser la latence et améliorer le partage du spectre, cette technologie utilise davantage le réseau d’accès radio (RAN) distribué et le spectre térahertz (THz). Bien qu’il y ait eu quelques conversations préliminaires pour définir la 6G, les efforts de recherche et développement (R&D) ont commencé sérieusement en 2020.

La Chine, par exemple, a déployé un satellite de test 6G équipé d’un système THz, et les mastodontes technologiques Huawei Technologies et China Global prévoiraient de lancer des satellites 6G similaires en 2021. Bon nombre des problèmes qui sont apparus à la suite du déploiement de la radio à ondes millimétriques pour la 5G doivent être traités pour que les concepteurs de réseaux puissent faire face aux difficultés de la 6G.

Comment fonctionnera la 6G ?

Il est prévu que les systèmes de détection sans fil 6G utilisent différentes fréquences de manière sélective pour surveiller l’absorption et modifier les fréquences en conséquence. Comme les atomes et les molécules émettent et absorbent le rayonnement électromagnétique à certaines fréquences, et que les fréquences d’émission et d’absorption sont les mêmes pour chaque substance donnée, cette approche est concevable.

La 6G aura des conséquences considérables pour plusieurs approches gouvernementales et d’entreprises en matière de sécurité publique et de sécurité des biens essentiels, notamment :

  • La détection des menaces,
  • La surveillance de la santé,
  • L’identification des caractéristiques et des visages,
  • La prise de décision dans des domaines tels que l’application de la loi et les systèmes de crédit social,
  • Les évaluations de la qualité de l’air,
  • La détection des gaz et de la toxicité …

La technologie mobile, ainsi que les nouvelles technologies telles que les villes intelligentes, les voitures sans conducteur, la réalité virtuelle et la réalité augmentée, bénéficieront des progrès réalisés dans ces disciplines.

La 6G est-elle vraiment nécessaire ?

L’apprentissage profond et l’analyse des big data seront intégrés à la sixième génération de réseaux cellulaires, qui rassemblera des technologies jusqu’alors sans rapport entre elles. Une grande partie de cette convergence a été facilitée par le lancement de la 5G.

Un moteur important de la 6G est la nécessité d’installer l’informatique de périphérie pour fournir un débit global et une faible latence pour des solutions de communication ultra-fiables et à faible latence. La nécessité de faciliter la communication des machines dans l’internet des objets (IoT) est également un élément moteur.

En outre, il existe un lien important entre la 6G et le calcul haute performance (HPC: High Performance Computing). Si certaines données de l’IdO et des appareils mobiles peuvent être traitées par des ressources informatiques en périphérie, l’analyse d’une grande partie de ces données nécessitera des ressources HPC plus centralisées.

Conclusion

Bien qu’un réseau 6G n’existe pas encore et soit toujours en phase de développement, les entreprises ont commencé à imaginer des cas d’utilisation sans fil de pointe avec la technologie 6G après avoir comparé avec succès les réseaux 5G et 6G. L’objectif principal est d’inaugurer une nouvelle ère de la technologie sans fil et d’introduire de nouvelles inventions qui révolutionneront le monde dans les années à venir. Des perspectives très intéressantes en termes de vitesse et de fiabilité devraient devenir réalité dès que la nouvelle génération de réseau sans fil, c’est-à-dire le réseau mobile 6G, aura fait son entrée dans le secteur des télécommunications à grande échelle. Cette technologie d’un nouvel âge ajoutera sans aucun doute de nouvelles dimensions à la façon dont nous vivons et menons nos affaires par voie électronique aujourd’hui et dans un avenir post-covide, donnant lieu à une société hyperconnectée.