La connaissance du client (KYC ou Know Tour Customer) est un processus standard de diligence raisonnable utilisé par les sociétés d’investissement telles que les sociétés de gestion de patrimoine, les courtiers, les prêteurs privés, les sociétés d’investissement immobilier commercial et autres pour évaluer les investisseurs avec lesquels elles font affaire. Outre le fait qu’il s’agit d’une nécessité légale et réglementaire, KYC est également une pratique commerciale utile pour mieux comprendre les objectifs et le caractère approprié des investissements, ainsi que pour réduire les risques liés aux activités suspectes.

Alors, qu’est-ce que le KYC exactement ? En un mot, c’est le processus qui consiste à déterminer qui sont vos clients et leur statut patrimonial, à valider les sources d’argent liquide du client (qu’elles soient légales ou non) et à leur demander des informations spécifiques sur la lutte contre le blanchiment d’argent (AML). L’obtention d’informations complètes sur le client protège les deux parties dans une transaction et une relation commerciale. Le KYC est essentiel pour fournir un meilleur service, éviter la responsabilité et éviter les associations avec le blanchiment d’argent et d’autres types de fraude.

L’importance de KYC

KYC est un critère largement accepté dans le domaine de l’investissement. Il s’agit d’une procédure mise en place par les autorités de réglementation du secteur pour protéger toutes les parties prenantes du secteur, et c’est dans le meilleur intérêt commercial de toute entreprise d’investissement ou de tout investisseur, surtout si beaucoup d’argent est en jeu.

Outre la procédure KYC pour les nouveaux investisseurs, les investisseurs récurrents doivent se soumettre au KYC ou « renouveler » leur profil KYC dans les dossiers de l’entreprise. Il est vital d’avoir des dossiers corrects et à jour dans toute l’entreprise.

Pour les entreprises

Lorsqu’une entreprise ou un organisme émetteur respecte la réglementation KYC, il réduit les risques financiers liés à ses transactions avec des clients spécifiques. Connaître la source de revenus d’un client, déterminer sa capacité à participer à votre marché et prendre connaissance de l’ensemble de son portefeuille financier et de ses antécédents sont autant d’éléments clés des critères KYC. Ces vérifications peuvent également constituer d’importantes mesures de gestion des risques pour éviter d’être impliqué dans des interactions commerciales avec des clients potentiels qui se sont livrés à des activités illégales.

Les processus KYC contribuent également à l’établissement de la confiance dans une relation commerciale et fournissent à une organisation des informations sur la nature des activités des clients. En outre, ils constituent un élément important du processus d’accueil et peuvent améliorer considérablement le service et la gestion des investisseurs pendant toute la durée de la relation.

Pour les clients

Bien que l’importance du KYC ne soit pas forcément évidente pour les investisseurs, les régulateurs donnent la priorité à leur propre sécurité. Ces inspections rigoureuses peuvent prendre du temps à l’investisseur, mais elles établissent un environnement sûr et digne de confiance pour les opérations financières ou d’investissement avec l’organisation. La technologie numérique a permis une expérience d’accueil beaucoup plus fluide et simplifiée, transformant une procédure longue de plusieurs mois en une procédure intuitive qui peut être réalisée en quelques minutes sur n’importe quel appareil. La technologie utilisée pour protéger les informations sensibles a également progressé, avec des solutions KYC telles que l’authentification et le cryptage renforcés, qui permettent aux clients d’avoir confiance à chaque étape du processus KYC.

Des opérations KYC fluides donneront à vos consommateurs l’assurance qu’ils traitent avec une organisation de bonne réputation et les rendront plus à l’aise pour effectuer des paiements à votre entreprise ou non.

En quoi consiste exactement la procédure KYC ?

Si les étapes particulières peuvent changer en fonction des règles KYC de chaque pays, la plupart des cadres de travail comportent les mêmes aspects. Une procédure KYC comprend souvent la validation de l’identification du client, l’éligibilité de l’investissement et la vérification préalable de différents documents tels que les justificatifs de domicile et de revenus.

Identification du client

L’évaluation des risques est une composante essentielle d’une méthodologie KYC réussie, et il appartient à chaque organisation de déterminer la politique KYC exacte pour contrer tout problème potentiel et garantir la conformité.

Les informations suivantes sont requises au minimum pour l’identification du client :

  • Nom et date de naissance
  • Numéro d’identification d’une adresse
  • Numéro d’identification fiscale
  • Préférences d’investissement Expérience d’investissement
  • Gains et actifs

Après avoir obtenu ces informations lors de l’accueil, une organisation doit s’assurer que l’identification du titulaire du compte est vérifiée dans un délai raisonnable. Des documents, des approches non documentaires (selon la disponibilité des informations), et un mélange des deux peuvent être utilisés dans cette procédure.

Les règles KYC sont déterminées par l’approche d’évaluation des risques d’une organisation, qui prend en considération des éléments tels que le type de compte et de services fournis, la région géographique du client, la taille de l’organisation, etc.

Diligence préalable pour les clients

L’une des autres parties des critères KYC pour toute entreprise du secteur de l’investissement est la capacité à faire confiance à l’investisseur. La Diligence préalable du client est un facteur important pour décider de cela (CDD / Cutomer due diligence). Il existe plusieurs niveaux de CDD en fonction des dangers possibles dans la relation d’affaires. La Diligence raisonnable simplifiée fait référence aux circonstances dans lesquelles le danger de fraude ou d’autres actes illicites est évalué comme étant faible. Par conséquent, les informations requises pour vérifier le passé d’un client sont moins étendues que dans d’autres circonstances. Le CDD de base est la méthode la plus courante de collecte d’informations, tandis que le CDD approfondi est utilisé dans les scénarios à plus haut risque. L’EDD prend en compte des caractéristiques telles que la localisation et l’emploi du client, ainsi que son schéma d’activité, les types de transactions, les méthodes de paiement et d’autres types d’informations similaires.

La diligence préalable à l’égard des clients comprend souvent les étapes suivantes :

  • Déterminer et valider l’identité et la localisation du client potentiel
  • Obtenir une compréhension approfondie des opérations de l’entreprise du client
  • Identifier les risques éventuels liés au client
  • Conserver et surveiller les informations relatives au client
  • Effectuer des examens périodiques de diligence raisonnable pour établir si la catégorie de risque actuelle est toujours pertinente
  • Conservez les enregistrements de tous les contrôles CDD et EDD effectués sur un client ou un client potentiel, car ils peuvent être requis lors d’un audit réglementaire.

Surveillance continue

Une seule vérification du passé de votre client est insuffisante pour créer une confiance à long terme. Certaines restrictions exigent un degré continu de surveillance. Il peut s’agir de surveiller les transactions financières et les comptes en se concentrant sur les seuils établis au cours du processus d’évaluation des risques.

Au cours de la surveillance, il faut vérifier l’augmentation étrange de l’activité, les commentaires des médias indiquant une fraude ou des actions illégales, les activités inattendues dans d’autres pays, la présence du client sur les listes de sanctions et d’autres indicateurs. Un rapport de transaction suspecte peut être généré dans certains cas. En général, l’ampleur de la surveillance est déterminée par l’évaluation fondée sur le risque et le plan de gestion du risque. Les informations sur les comptes doivent toujours être à jour pour que l’organisation puisse calculer avec précision le niveau de risque.